enseñanza
 
 

José Maria Neves:

Éduquer par et pour la musique électro-acoustique

Dixhuit thèmes à réfléchir

1. Dans les Réunions, Congrès et Festivals, on se limite, habituellement. à des discussions techniques. Les compositeurs et chercheurs (donc, les spécialistes, les savants, l'élite) visent d'abord à l'échange d'expériences et à la legitimation de leur profession et de leurs groupes respectifs. Il faut à tout prix qu'ils soient reconnus comme compositeurs et comme chercheurs.

2. Dans ces réunions, congrès et festivals on parle, habituellement, d'un certain produit musical: l'oeuvre électro-acoustique. Mais on se soucie peu des finalités du travail créateur, qui se destine à un public déterminé. Par rapport à la musique instrumentale traditionnelle, ce public est davantage sous-estimé.

3. Les compositeurs électro-acousticiens semblent vouloir maintenir la vieille mystification de l'acte créateur, à laquelle s'ajoute la mystification de la recherche. A la question: "Composer, est-ce chercher?", déjà souvent posée, il faudrait ajouter l'autre: "Chercher, est-ce composer?" La recherche comme la création peuvent être exercées par tous, dès que les moyens leur sont donnés.

4. Les studios de musique électro-acoustique du monde entier se donnent, à côté de la création et de la recherche, une vocation pédagogique, généralement orientée vers deux directions: formation de compositeurs et formation du public. Dans les deux cas, la promotion du studio est en jeu et exerce une forte influence sur les chemins suivis. La formation de compositeurs occupe toujours une position privilégiée; pour la formation du public, on se limite souvent à l'organisation de quelques concerts ou festivals.

5. Il faut redéfinir la recherche et la création, dans le cadre de la formation de compositeurs. Le compositeur électro-acousticien sera-t-íl le créateur qui utilise toute la richesse des nouveaux moyens techniques et technologiques? Ou le chercheur qui essaie de démontrer l'efficacité musicale des nouveaux appareils et systèmes de raisonnement? Ou la sortie est le chemin de l'équilibre?

6. Le besoin de re-penser les systèmes de formation de compositeurs est évident. Est-ce qu'il faut au compositeur électro-acousticien une connaissance technique approfondie des techniques traditionnelles de composition (harmonie, contre-point, forme, etc.)? Et une solide formation générale dans le domaine de la musique traditionnelle? Est-ce qu'il lui faut des connaissances techniques et scientifiques approfondies?

7. En effet, on trouve chez les compositeurs électro-acousticiens deux orientations bien différentes: ceux de formation traditionnelle et qui ne voient l'instrumental électro-acoustique que comme un moyen d'enrichir leur monde sonore (nouvel orchestre), toujours plus près des structures musicales de la tradition que de l'esprit de recherche et souvent peu audacieux et imaginatifs dans l'utilisation de ce matériel nouveau, qu'ils connaissent mal; et d'autre part, ceux de formation technique, qui savent réaliser leur travail technique de manière parfaite, mais auxquels manquent des critères solides de structuration musicale (par rapport, évidemment, aux critères de structuration de la musique traditionnelle).

8. Il est certain que les systémes tradtionnels de formation sont inefficaces: les conservatoires et les écoles de musique, qui ont été utiles, dans une certaine mesure, pour la formation d'instrumentistes, ne sont pas un noyau d'où sortent des créateurs intéressants.

9. Que l'on songe, cependant, à la disproportion entre la quantité d'anciens stagiaires des grands studios de formation et celle de ceux qui continuent à pratiquer la composition électro-acoustique. Quelles en seraient les raisons? Manque d'intérêt (ceux qui cherchent ces stages seulement pour avoir des informations sur le sujet) ou impossibilité de poursuivre les travaux (location des studios et autres).

10. La formation de compositeurs est peu conforme à la réalité: après un apprentissage plus ou moins long d'utilisation d'un studio-type, les compositeurs ne peuvent plus retrouver ces conditions de travail; et ils ne savent pas se restreindre à des conditions plus modestes. L'imagination et la technique apprise ne se marient pas facilement. Et il y a la formidable confusion entre la quantité et la qualité des moyens disponibles et le résultat final du travail. Seule l'oeuvre compte, il faut le dire, et non les conditions de sa réalisation.

11. Il n'existe pas encore un vrai public de musique électro-acoustique, et on ne fait pas un grand effort pour le former. Pour le public de concerts, la musique électro-acoustique est encore un produit bizarre de laboratoire, inexpressif, incompréhensible et difficile à supporter. Pour lui, le binôme comprendre et jouir est fondamental.

12. Seul un contact fréquent avec cette musique brisera les barrières: créant l'habitude (mais la jouissance apparaîtra-t-elle nécessairement?) et apportant la connaissance du code qui rendra possible la compréhension du message.

13. Le musicien électro-acousticien, qui accumule déjà les fonctions de créateur, de chercheur, d'inventeur, d'agent de concerts et d'organisateur de festivals, doit assumer intégralement la fonction d'Éducateur.

14. Le dit public, pour cesser d'être la masse amorphe et passive, doit être éveillé pour ses propres besoins expressifs, mis dans une situation créatrice: contact direct avec les sons et avec le matériel électro-acoustique. Vivant des expériences de création, avec le minimum de matériel nécessaire, ce public arrivera à la connaissance du langage qui'il utilise lui-même.

15. L'information théorique paraît aussi inefficace pour la musique électro-acoustique que pour la musique traditionnelle. La musique doit parler par elle-même, et l'accumulation de renseignements sur les procédés de construction n'amène pas nécessairement à la compréhension et à la jouissance de l'oeuvre.

16. A la "chaîne de la communication", il faudrait ajouter un nouvel élément: "Pourquoi?" - signification spécifique du travail créateur, fonction de l'oeuvre d'art, les éléments véhiculés par l'oeuvre, le rôle du créateur lui-même dans la société. Entre le jeu pur et simple et l'engagement clair et efficace, il y a toute une gamme d'attitudes à être assumées par le creáteur.

17.Malgré lui, le créateur et l'oeuvre seront toujours des témoignages d'un milieu et d'une époque (ici et maintenant), portant les marques d'une culture, d'une classe, d'une orientation politico-idéologique. L'homme et l'oeuvre servent toujours une cause.

18. S'il est vrai que les musiciens électro-acousticiens sont encore des parias de la société musicale, en lutte contre une classe dominante (les adeptes de la musique traditionnelle), il n'est pas moins vrai qu'ils cherchent à renverser cette classe pour affermir leur position de nouvelle élite.

© 1978, José Maria Neves

Ces propos furent présentés auprès des 2èmes Journées d'Étude Internationale des Musiques Électro-acoustiques, Bourges, 7.-15.4.1975, et publiés dans Faire, Nº 4/5, Bourges, Mai 1978

  

ir al comienzo
 
enseñanza